Le blog L'actualité des auteurs
Entretien avec Michel Juste à propos de son roman de science-fiction « UGA 32 »

Entretien avec Michel Juste à propos de son roman de science-fiction « UGA 32 »

Après un premier roman Louise et Adrien suivi du tome 1 de la saga Pharmakon Jazz Tango, Le Jardin d'Ellen ; Michel Juste propose aujourd'hui un livre de science-fiction qui pose la problématique des rapports hommes-femmes et du respect entre les personnes. Une fable sur l'humanité en général, une réflexion pour se forger sa propre éthique. 


Parlez-nous de votre livre UGA 32. 

Ce livre est une histoire posant la question des rapports homme femme, et je me suis projeté dans un avenir très probable qui est celui de la mise au point de l'utérus artificiel. L'histoire raconte l'évolution d'une jeune femme, Cathia, technicienne dans un centre de gestation artificielle, qui va devenir peu à peu une égérie politique en découvrant les risques liés à la maitrise du pouvoir créatif dans une société où les relations homme femme ne seraient pas bien établies et stabilisées. Et que deviennent ces relations lorsque la maternité n'existe plus ?
 

Votre livre évoque le sujet sensible de la fécondation in vitro et pose la problématique des rapports hommes femmes, qu’est-ce qui vous a donné l’idée de ces thématiques ? 

L'idée principale vient de ma formation et de mes cours d'éthique donnés en faculté sur le thème de l'éthique en général et de la bioéthique en plus particulier. La réflexion m'a été inspirée par Henri Atlan, un philosophe qui a écrit "L'utérus artificiel" et qui m'a beaucoup inspiré sur la bioéthique.
 

Quel message avez-vous envie de faire passer à travers celui-ci ? 

Mon message est commun à tous mes autres livres. Nous sommes seul en tant qu'individu mais faisons parti d'un ensemble bien plus grand qui demande le partage et le respect. Respect des autres et du milieu dans lequel nous vivons, et prise de conscience de notre responsabilité et de notre force de vie.
 

En quelques mots, à qui s’adresse votre livre ? 

UGA 32 est une histoire créée pour distraire et pour laisser des traces. C'est à dire des réflexions qui peuvent aider à se forger sa propre éthique. Il n'est surtout pas un essai philosophique, car non prévu dans ce sens, il est destiné à tous.
 

Quels conseils donneriez-vous à un auteur qui rêve d’écrire mais n’a jamais osé se lancer ? 

Rêver c'est vital, et sécurisant. Mais c'est aussi très personnel. Écrire est une étape où le rêve demande à se concrétiser et cette étape va vous déranger, vous remettre en question, vous dévoiler. Si ce petit bouleversement vous tente, une bonne recette est d'associer une histoire, de l'imagination, de l'humour, de la technique et pas de morale.
 

Enfin, pourquoi avez-vous choisi l’autoédition ? 

L'autoédition est une aventure et une expérience qui fait mieux comprendre la naissance et la maturation d'un livre. On a l'impression que cela va plus vite en auto-édition, ce qui me semble faux, mais cela ne dépend que de vous. Cela ne dédouane pas non plus des étapes cruciales de la relecture, des corrections et de la mise en forme. Pour revenir à l'esprit d'UGA 32, vous êtes à la fois le concepteur, la matrice, et l'accoucheur et Iggy vous donne les bons outils.

Découvrez des extraits sur le site de l'auteur ainsi que ses différentes oeuvres


Partager